La drôle de guerre

Beaucoup de choses se sont passées depuis le début de cette drôle de guerre. Non, je ne parle pas de la guerre en Ukraine, mais de la guerre contre les peuples… On peut en dater le départ, visible pour nous, au 17 mars 2020. Avec le début du confinement.

Même si cela a commencé bien longtemps avant. Les événements sont devenus visibles pour nous déjà en 2019. Avec, selon moi, des faits troublants : l’incendie de Notre-Dame, l’arrestation de Jeffrey Epstein et sa mystérieuse mort dans sa cellule de prison, et bien sûr toute la crise des gilets jaunes.

Par quelques articles en 2020 et 2021, je vous ai transmis un certain nombre d’informations dans le but de porter à vos oreilles d’autres sons de cloche que ceux diffusés à la télévision, devenue un outil de manipulation mentale. Elle l’était déjà depuis bien longtemps, mais plus discrètement. Là, ils se sont mis à envoyer du lourd !

Et puis, voyant qu’autour de moi, mes congénères continuaient et continuent encore à porter des masques inutiles, à se faire tester alors qu’ils n’ont pas de symptômes et ne sont pas malades et, pire, à se faire piquer avec un produit expérimental dont les effets secondaires sont légion, j’ai baissé les bras. Enfin, rassurez-vous ! J’ai baissé les bras au niveau de ma communication uniquement.

Un verre, ça va! 3 verres, bonjour les dégâts!

Vous vous souvenez de la pub? Après la deuxième dose, certaines personnes de mon entourage disaient : « Ah non! nous avons fait les 2 doses. Ils ne nous auront pas une 3ème fois ! ».

Et puis, le pass sanitaire, en vigueur depuis le 9 juin 2021, a été suivi par le pass vaccinal le 24 janvier 2022. Et les réfractaires à la 3e dose sont allés se faire piquer comme on va à l’abattoir. Quand on a franchi ce cap de non respect de son libre arbitre, il y a de fortes chances que l’on soit prêt pour toutes les autres doses…

Autour de moi, j’ai commencé à voir des gens avec des effets secondaires: des troubles de la circulation, des troubles du cycle pour les femmes et puis une explosion des cancers. Je qualifierais ce qui se passe d’un génocide discret et insidieux. Nombreux sont ceux qui tentent d’alerter à ce sujet mais ils n’ont malheureusement pas voix au chapitre.

Par exemple, après la 3ème dose, j’ai vu la santé de mes parents déclinée peu à peu, imperceptiblement. Mon père, âgé de 80 ans, était bien-portant jusque-là. A peine 3 mois après sa 3e injection, il a soudainement fait une crise de calculs rénaux. Cela a permis de diagnostiquer un polype dans l’uretère. Le polype s’est révélé malin. Le couperet est tombé: cancer de la vessie. Et je suis sûre que ce n’est pas un cas isolé. Qu’en est-il autour de vous ?

Après la pause électorale

Revenons aux décisions politiques… Pour inaugurer la période électorale, le pass sanitaire a été suspendu le 14 mars 2022. Maintenant que les élections présidentielles et législatives sont bien derrière nous, la Covid a fini sa trêve comme prévu et peut enfin refrapper à notre porte.

Nous allons devoir affronter une ixième vague, malgré une population vaccinée à 90 % et des vaccins extrêmement efficaces!!!

Or, l’on sait que cette maladie tue peu. A condition d’être prise à temps et soignée correctement. Car, oui, il existe des traitements efficaces: Ivermectine, Azythromycine, Hydroxychloroquine, Vitanmine D, vitamine C, Zinc, entre autres. Mais, pour des raisons mystérieuses, ils ont été diabolisés, voire interdits, à la prescription.

J’ai reçu, il y a peu une demande d’aide, d’une de mes clientes. Je vous retranscris nos échanges. C’est épique et cela dresse un tableau assez sombre de notre système de santé publique.

Rentrez chez vous et prenez du Doliprane!

« Bonjour Agnès, j’aimerai savoir si vous pouvez faire quelque chose pour moi, j’ai le covid, je m’étouffe avec les glaires, je suis épuisée et j’ai le système urinaire complètement bloqué. Les médecins ne soignent pas car non vaccinée. Vous êtes mon dernier recours.  »

Je lui demande depuis quand elle est dans cet état. Elle me répond:

« Ça va faire une semaine. Mais avant j’ai eu pendant un mois et demi de violentes migraines au moindre effort, même monter les escaliers, avec quelque chose qui me serrait à la gorge. Le médecin m’avait dit que c’était les symptômes du covid mais ne m’a rien donné non plus. »

Je lui fais une séance d’harmonisation scalaire IGA à distance. Et le lendemain elle me donne des nouvelles :

« Je vous remercie sincèrement, le système urinaire a commencé à se débloquer, par contre j’ai beaucoup  de mal à respirer. Je vous tiendrai au courant de l’évolution. »

Du coup, je lui conseille d’aller aux urgences si sa respiration ne revient pas à la normale. Elle y va le jour même. Et elle m’envoie ce message :

« Bonsoir, voici quelques nouvelles. Là, je sors des urgences car j’avais des crises de panique et d’étouffement. Ils m’ont juste testée positive au covid et laisser repartir avec du paracétamol en me disant qu’il faudra que je me fasse vacciner pour les prochaines fois, le covid ne se soigne pas, il faut attendre que ça passe. Je suis littéralement épuisée. »

Heureusement, à l’heure où j’écris cet article, cette personne remonte doucement la pente et elle va s’en sortir.

Tout va bien dans le meilleur des mondes! Moi, je dis, « non assistance à personne en danger »…

D’autres voies sont possibles

Face au covid, aux effets des vaxxins ou à tout autre dérèglement de votre santé, agissez et reprenez votre santé en main! Pour cela, je vous propose 2 types de séances :

L’HG, comme le dit le Dr Thérèse Quillé, qui a fondé la méthode, « peut avoir une action sur tout ce qui perturbe la personne, sur les maladies en renforçant les défenses du corps, en aidant le corps à lutter contre les infections, sur les suites récentes ou lointaines de traumatismes, sur les maladies auto-immunes, les cancers… »

« Elle ne va pas tout solutionner mais va apporter une aide supplémentaire en association avec les soins classiques, les autres thérapies. Elle agit sans s’opposer aux traitements classiques mais en diminuant leurs effets secondaires. Les patients peuvent ainsi continuer leurs antidiabétiques, leurs antihypertenseurs, leur chimiothérapie… Ils les supporteront mieux sans diminution de leur action. De plus, l’HG recherche les origines des troubles et  les traite. C’est un traitement qui se fait grâce à la parole et la pensée, c’est une pratique quantique. Il n’y a pas à craindre d’effets secondaires. »

Idem pour l’Harmonisation IGA. Si vous êtes curieux et souhaitez être acteur de votre santé, découvrez ces approches quantiques, simples et puissantes.

 

Une réflexion sur « La drôle de guerre »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.