Les dangers du WIFI

Le Wifi = un four à micro-ondes sans porte

La technologie Wifi émet des ondes de haute fréquence à 2400 MHz. Ces ondes sont pulsées en basse fréquence à 10Hz pour plus de pénétration dans la matière. Leur portée est de 50 à 300 mètres.

2450 MHz, c’est la fréquence de l’eau. Notre corps, composé à 75% d’eau, est donc particulièrement sensible aux ondes du Wifi, par phénomène de résonance, car les fréquences sont proches.

Le four à micro-ondes émet des ondes de haute fréquence de 2450 MHz qui normalement, si la porte est étanche, restent à l’intérieur de l’appareil. Il est vrai que les aliments cuits dans un tel appareil n’ont plus aucune valeur nutritive : ils sont morts ; et parfois même, s’il s’agit de produits laitiers, ils sont transformés en neurotoxiques puissants.  Mais revenons à nos moutons (ou à nos vaches puisqu’ils en restent encore quelques-unes) ! Pour résumer ce qu’est le Wifi, je dirais que c’est comme un four à micro-ondes qui fonctionnerait toute la journée, à la différence près qu’il n’y a pas de porte et que les ondes sont aussi pulsées en basse fréquence.

Les ondes du Wifi parce qu’elles sont pulsées à 10 Hz perturbe le fonctionnement cérébral, toujours par phénomène de résonance.

Le cerveau lui aussi émet des ondes :

  • à l’état de veille, le cerveau fonctionne en ondes Béta de 13 à 30 Hz
  • dès que vous fermez les yeux, donc en phase d’endormissement, le cerveau fonctionne en ondes Alpha de 8 à 12 Hz
  • lorsque l’on atteint le sommeil profond, le cerveau se cale sur la fréquence de 0,5 à 3 Hz (ondes Thêta)
  • et en phase de sommeil paradoxal sur la fréquence de 3 à 7 Hz (ondes Delta)

Si votre maison ou vos voisins proches (lorsqu’on habite en appartement) sont équipés en Wifi, votre cerveau va se caler par phénomène de résonance sur la fréquence de 10 Hz du Wifi. Il y a donc de fortes chances pour que vous ne puissiez plus dormir d’un sommeil profond et réparateur, votre cerveau restant caler sur sa fréquence d’endormissement. Sans parler de la journée. Maux de tête, vertiges, nausées, fatigue, difficulté de concentration…

Les rayonnements de haute fréquence font officiellement partie de ce qu’on appelle des rayonnements non-ionisants.

Les rayonnements non-ionisants ont des effets néfastes sur le système nerveux, le système endocrinien et le système immunitaire. Mais les rayonnements de haute fréquence peuvent aussi avoir des effets ionisants en agissant sur le système cellulaire et en cassant des brins d’ADN.

Il y a tellement d’études sur le sujet que je ne vais pas revenir dessus : je vous donne quelques liens.

http://www.robindestoits.org/attachment/304371/

http://www.criirem.org/index.php?option=com_content&view=section&layout=blog&id=14&Itemid=123

La semaine dernière un article est paru dan le Nouvel Observateur sur les effets du Wifi sur la qualité du sperme.

http://tempsreel.nouvelobs.com/high-tech/20111130.OBS5692/le-wi-fi-degrade-la-qualite-du-sperme.html

Un principe de précaution et de survie s’impose :

Il faut revenir aux connexions filaires via câble Ethernet ou fibre optique.

Pensez aussi à protéger vos enfants : beaucoup de jeux à l’heure actuelle fonctionnent en Wifi.

Si vous vous êtes débarrassés chez vous de ce genre de pollution et que vous êtes tout de même pollués par vos voisins, sachez qu’il existe des tissus et des peintures anti-rayonnement haute fréquence qui sont, quoiqu’en disent certains, efficaces.

J’ajoute, pour finir, cette vidéo dont on m’a fait part.

Elle est en anglais, mais avec tous les schémas, je pense que même les non-anglophones peuvent saisir le message.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=6v75sKAUFdc&feature=uploademail]

Mauvaises ondes : documentaire sur France 3

Tous à vos télés le 18 mai 2011 à 20h35 sur France 3

Inodores et invisibles, les ondes électromagnétiques sont pourtant partout. Mais sont-elles dangereuses ?…

Réalisé par Sophie Le Gall
Une production : Ligne de Mire Production, avec la participation de France Télévisions

Le 18 mai prochain, France 3 propose lors de sa soirée documentaire Hors Série présentée par Samuel Etienne, un document inédit Mauvaises ondes, sur l’utilisation des ondes électromagnétiques que ce soit celle du wifi comme celle du téléphone portable et bien d’autres. A cette occasion la réalisatrice Sophie Le Gall a répondu aux questions de Première.fr.

Après avoir réalisé le documentaire Du poison dans l’eau du robinet, diffusé lui aussi sur France 3, vous proposez aujourd’hui Mauvaises ondes traitant des ondes des portables et autres instruments électroniques. C’est une volonté de votre part de s’attacher à des sujets du quotidien ?

En réalité on avait proposé il y a plus d’un an plusieurs thématiques de santé publique qui s’inscrivent dans le quotidien des français. On a vendu ces projets à France Télévisions qui a d’abord diffusé le documentaire portant sur l’eau du robinet et les différents poisons contenus dans cette eau. Le documentaire avait réalisé une bonne audience donc on a proposé cette année Mauvaises ondes, une enquête sur le danger des ondes émises par les téléphones portables, le wifi et d’autres appareils électroniques.

Pourquoi avoir réalisé un documentaire sur ce thème ?

On a voulu faire un documentaire faisant le bilan de ce qui existe. En France aujourd’hui il y a plus de 64,4 millions de portables pour une population de 64 millions de personnes. Le portable s’est imposé massivement en 15 ans, il fait partie du quotidien de tous sans qu’on se soit réellement posé la question de ses effets sur le quotidien des français. Ce qui a nous a poussé à faire ce sujet c’est l’étude européenne Interphone sur les dangers des ondes des portables. Les résultats de cette étude ont mis des années à sortir et  les chercheurs entre eux n’arrivaient pas aux mêmes conclusions. Finalement le lecteur en lisant cette étude n’était pas plus informé.

Mais la vraie question pour nous c’était « est ce que réellement l’étude n’a rien pu prouver ou les chercheurs ont-ils trouvé des résultats mais qui ont été passés sous silence ? » C’est à partir de cette question-là qu’on a décidé de réaliser ce documentaire. Pourquoi certains chercheurs trouvent des résultats alors que d’autres n’ont toujours rien après des années de recherche ? On voit dans le documentaire que des chercheurs ont trouvé des résultats mais certains ont vu leur budget ne pas être renouvelé, d’autres ont subi de fortes intimidations… Le problème qui se pose c’est l’indépendance de la recherche. Certaines équipes ne trouvant rien sont financées par des opérateurs de téléphonie…

On s’est aussi intéressé dans ce documentaire aux normes régissant ces ondes. Comment sont-elles adoptées, qu’en pensent les chercheurs, quel est le rôle des lobbys ? Il faut savoir que certaines industries ont joué un rôle dans l’adoption et la création de ces normes.

Quand vous avez commencé à travailler sur ce sujet, est-ce qu’il vous semblait possible de réaliser ce documentaire compte tenu des enjeux économiques qui sont liés ?

L’avantage de faire ce documentaire pour France Télévisions c’est qu’il n’y a pas de problème d’étanchéité, pas comme certains groupes qui ont des intérêts communs avec des opérateurs de téléphonie. On était plus serein de travailler avec France Télévisions. Et on était certains que ce thème les intéresserait puisqu’il s’agit d’un vrai problème de santé publique.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées pour réaliser ce document ?

Nous n’avons pas eu de difficultés avec la communauté des chercheurs. On a pu rencontrer tous les gens avec lesquels on souhaitait s’entretenir. Le problème s’est plus posé avec les opérateurs de téléphonie mobile. On s’intéressait à des cas précis donc on souhaitait poser des questions très précises. Mais les services de presse des opérateurs nous renvoyaient vers la Fédération française des télécoms, qui regroupent les trois grands opérateurs français. Elle pouvait répondre à des questions globales mais pas à des cas précis.Il était donc difficile d’avoir des réponses. Après c’est la limité du journalisme, si ils ne souhaitent pas répondre on ne peut rien faire.

Avez-vous subi des pressions venant du monde politique ou industriel ?

Nous n’avons subi aucune pression ni venant des politiques ni des opérateurs. La seule difficulté rencontrée était d’entrer en contact avec les industriels.

Quel impact pensez-vous que ce documentaire aura sur le public?

Sur le public je ne sais pas trop. Mais je vais répondre par rapport aux réactions que j’ai pu voir lors de la diffusion du film à des journalistes. Certains étaient très surpris, surtout par la première séquence du documentaire pour laquelle on a travaillé avec un laboratoire indépendant dans un appartement témoin. Un ingénieur est venu mesurer les différentes ondes émises par les appareils de la maison. Il faut savoir que le babyphone ou encore le téléphone fixe sans fil produisent eux aussi des ondes électromagnétiques mais moins forte que celles du téléphone portable. Cette séquence provoque, d’après les premières réactions qu’on a pu voir, une vraie prise de conscience de l’environnement dans lequel on vit au sein même de nos foyers.

On espère que ce documentaire aidera le public à être mieux informé. Aujourd’hui il y a un vrai manque d’informations sur ces ondes. Même si ils existent des normes françaises obligeant les industriels à afficher certaines informations, ils n’ont pas de réelle volonté de communiquer là-dessus. Un exemple : le DAS ( Débit d’Absorption Spécifique ndlr)  des portables. Le DAS c’est le chiffre mesurant le rayonnement des appareils (il indique la quantité d’énergie absorbée par l’organisme. Une valeur faible au DAS traduit une exposition plus faible aux ondes électromagnétiques ndlr). Ce chiffre doit être affiché en magasin pour les téléphones portables. Mais il est souvent noté en tout petit et peu de personnes savent ce qu’il signifie, beaucoup même ne connaissent pas l’existence de cette information.

Quel conseil donneriez-vous aux français à propos des ondes ?

Beaucoup de scientifiques déconseillent l’usage du téléphone très tôt chez les enfants. Les ondes des portables ont le même impact sur leurs cerveaux que sur ceux des adultes à une différence près c’est qu’ils absorbent plus d’ondes. Si l’usage du téléphone portable est indispensable, les médecins conseillent de ne pas faire de longues communications.

Les autorités sanitaires conseillent aussi de ne pas coller sa box internet et téléphone près de soi. Il faut la mettre dans un lieu isolé et éviter si possible de la placer dans un lieu de vie comme la chambre à coucher ou sur le bureau où on travaille.

Texte de Pauline Hohoadji sur Première.fr

DEBAT EN DIRECT

Présenté par Samuel Etienne

Débat avec des auteurs, réalisateurs, témoins ou experts.

Date : 18/05/2011
Horaire : 20H36 – 21H55
Durée : 78 mn

Rediffusion le samedi 21 mai à 02h25

Revoir le documentaire maintenant : http://www.pluzz.fr/mauvaises-ondes-2011-05-18-20h35.html