Nuage radioactif : communiqué CRIIRAD du 29/03/2011

RETOMBEES SUR LA FRANCE
des rejets radioactifs de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAICHI
Drôme-Ardèche : détection d’un faible niveau d’iode 131 dans l’eau de pluie

Accédez au communiqué

Nuage radioactif : communiqué de la CRIIRAD du 25/03/2011 15h00

Après « Colère et Indignation », volet n°1 du 23/03/2011, communiqué dans lequel la CRIIRAD appelait tous les citoyens du monde à saisir les gouvernements afin que les chiffres concernant la radioactivité ne soient plus tenus secrets et soient accessibles à tous car nous sommes tous concernés,  nous attendions la suite. Eh bien, la voici.

COLERE ET INDIGNATION

VOLET N°2 :

Alors que les masses d’air contaminé ont été détectées en Islande, en Suède, en Finlande et en Allemagne, la CRIIRAD dénonce les dissimulations du Département de L’Energie des Etats-Unis. Elle réitère son appel à se mobiliser afin que tous les résultats d’analyse du réseau du CTBTO soient rendus publics. Les Etats qui s’y opposent doivent être identifiés. C’est par exemple le cas de la France. Chaque citoyen doit connaitre l’identité de ceux qui le privent d’informations fiables sur le niveau de radioactivité de l’air qu’il respire…

Lire la suite dans le communiqué complet

Nuage radioactif : Communiqué de la CRIIRAD du 24/03/2011

Le nuage radioactif en provenance de la centrale de Fukushima a atteint le territoire français le 23/03/2011 d’après les modélisations.

A ce jour, la question critique du refroidissement n’est résolue ni pour les réacteurs n°1, n°2 et n°3, ni pour les piscines de stockage des combustibles irradiés. Sur la base des informations disponibles, il paraît peu probable que les rejets soient stoppés dans les prochains jours.

L’augmentation de la radioactivité de l’air se poursuivra donc sur, au minimum, une quinzaine de jours.

Lire l’intégralité du communiqué du 24/03/2011 16h00

La CRIIRAD en colère et communiqué de Next-up du 23/03/2011

La CRIIRAD lance un appel international, invitant citoyens, associations, scientifiques, élus… de tous les pays à se mobiliser à ses côtés afin d’exiger que les résultats relatifs à la contamination radioactive de l’air, obtenus grâce à l’argent public, soient mis à disposition du public et servent à sa protection.

Communiqué de la CRIIRAD du 23 mars 2011 :

« Colère et indignation » – volet n°1

J’y ajoute le communiqué de l’organisation Next-up du 23 mars lui aussi, qui remet les points sur les i quant au danger du nuage radioactif.

Communiqué NEXT-UP du 23 mars 2011 :

Protégez-vous_de_l’essentiel_le_risque_c’est_l’inhalation_par_voies_aeriennes_et_ingérer_des_particules_radioactives

Tchernobyl et ses conséquences

Le nuage – Tchernobyl et ses conséquences

Survenu dans la nuit du 26 avril 1986, l’accident survenu en Ukraine n’est annoncé officiellement que deux jours plus tard. Car la transparence de l’information n’est pas le fort de Moscou, dans une Europe encore coupée en deux. Le nuage radioactif a survolé la Suède, l’Allemagne et la France, mais il faut attendre cinq jours avant de voir les premières images satellite. Les Soviétiques prétendent contrôler la situation, alors que l’incendie du réacteur n° 4 de la centrale n’est pas maîtrisé. Les conseils d’experts ouest-allemands sont sollicités. Car, en 1986, la RFA produit un tiers de son électricité grâce au nucléaire. En France, la proportion est déjà de 65 %. Pas question pour les gouvernants hexagonaux d’affoler les populations. Pourtant, des deux côtés du Rhin, de simples citoyens et des chercheurs indépendants regardent avec méfiance les mesures présentées par les experts officiels. L’apparition de nuages verts et jaunes, le 30 avril, dans le ciel de Munich, lors d’un orage, a contribué à semer le doute… Lorsqu’en RDA, la nouvelle est diffusée avec dix jours de retard, des ouvriers sont affectés à la « décontamination » de tous les camions en provenance des Pays de l’Est. Le 8 mai, Bonn conseille d’éviter le lait frais, les salades et les champignons. En France en revanche, fruits et légumes continuent d’alimenter les marchés…

(Allemagne, 2011, 52mn)

MDR

Date de première diffusion: Mer., 16. mars 2011, 20h42 sur Arte

Voir le film

En cas de contamination radioactive

Les conséquences des évènements catastrophiques qui ont frappé le Japon concernent la Terre entière.

Nous partageons la même atmosphère et les nuages chargés de matière radioactive se déplacent. Ils ne tarderont pas à nous atteindre.

Modélisation de la dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère à l’échelle globale :

Où trouver des informations fiables :

http://www.criirad.org//

Et notamment le communiqué du 22 mars 2011 :

Panaches radioactifs : Quels sont les risques attendus pour la France?

http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/201103_situation_en_france.aspx

http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/

Les aliments protecteurs et les aliments à éviter en cas de pollution :

http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/03/se-proteger-des-dangers-des-emissions.html

Et voici les conseils que donnent Michel Dogna en provenance de http://www.infomicheldogna.net/

Kit pour contamination radio-active

(À avoir chez soi)

1) = pharmacies (2) = boutiques diététiques

(3) = Source Claire : 01 84 58 64 82 (4) = VEDAMED : 02 46 03 00 00

En priorité

  • Miso (2 – 3 – 4) – 5 poches plastique ou boites

– En cas de pollution radioactive :1 cuillère à café de la pâte dissoute dans un bol d’eau chaude – 4 à 5 fois par jour

– En préventif : 1 bol matin et soir

  • Teinture d’iode (1)

En cas d’accident nucléaire, nous sommes exposés aux retombées d’iode radioactif très dangereux car il se fixe rapidement sur la thyroïde. C’est la cause des cancers de la thyroïde comme on l’a constaté après Tchernobyl. Pour limiter ce risque, il faut prendre aux 2 repas principaux 1 goutte par 10 kg de poids de TEINTURE D’IODE ou d’alcool iodé (1) afin de saturer la thyroïde en iode… ce qui évitera que l’iode radioactif ne s’y fixe. L’iode radioactif ayant une période de vie de 8 jours, au bout de quelques semaines le risque de cet iode radioactif dans l’atmosphère doit être redevenu nul.

Nota : Je ne conseille pas la forme chimique d’iode en comprimés qui seront distribués sur ordre en pharmacies, ce qui fait craindre un vice caché, comme cela a été le cas pour le vaccin H1N1.

En second lieu  (si l’on n’a pas de miso)

  • Argile fine à boire (1 – 2) : 2 boites

Connue pour être faiblement radioactive, par le principe du TAO, elle a la faculté d’absorber la petite radioactivité – 1 cuil à café pour un verre d’eau par jour, après macération une nuit.

  • Chlorure de magnésium (1) – 5 sachets

C’est un chélateur des radio-éléments et de plus un principe très YANG qui équilibre l’hyper YIN radioactif – 40 ml matin et soir

  • Pectine de pomme (rayons gélifiants confitures) – 5 boites

Ce remède a été appliqué sur des enfants irradiés de la région de Chernobyl atteints de leucémie, par une équipe médicale qui a eu des résultats inespérés. On ne connait pas les doses utilisées, mais vu la non dangerosité, on peut improviser….

Recommandations générales de bon sens en cas de contamination radioactive

Avec nos 58 réacteurs à énergie atomique, la France est le pays du monde présentant la plus forte densité en termes de danger nucléaire. La vallée du Rhône est on le sait, une zone à risque sismique, et nos centrales ont été construites selon des normes antisismiques très inférieures à celles du Japon. A Tricastin, on relève une centaine d’incidents annuels, et l’on a pu savoir que nous étions passés plusieurs fois très près de catastrophes dans différentes centrales françaises.

Nota : ne prenez jamais pour argent comptant les termes rassurants de « l’Etat-Menteur »

Nuage radioactif

  • Avoir en tête que la radioactivité est surtout véhiculée par les poussières. Le jeu consiste à éviter de les toucher, de les respirer et de les ingérer (aliments pollués).
  • L’eau de pluie est le second agent transmetteur direct.
  • Par ailleurs, lors d’un passage de nuage radioactif, il faut généralement une huitaine de jours pour que le taux de rayonnement baisse dans des proportions moins dangereuses.
  • Enfin se rappeler que nous avons quand même une capacité d’élimination des radioéléments ingérés par les voies urinaires, qu’il faudra peut-être stimuler chez certains (diurétiques).

En cas de forte contamination

  • Pendant les 8 premiers jours, essayez de rester chez vous, le temps que les valeurs de rayonnement retombent à des niveaux moins dangereux, et contrôlez les prises d’air de la maison par des filtres ou des chiffons mouillés.
  • Pour sortir, couvrez-vous d’un survêtement imperméable qui n’accroche pas la poussière.
  • Respirez au travers d’un linge mouillé si vous n’avez pas de masque. Une poussière chargée d’un radioélément qui se loge dans un poumon crée un foyer chaud pouvant entraîner une micro radiolyse locale et peut être un départ de cancer.
  • Douchez-vous souvent et lavez systématiquement les vêtements qui ont pu être en contact avec de la poussière.

Alimentation après le passage du nuage radioactif

  • Se rappeler que 60% des contaminations internes des gens victimes de Tchernobyl ont été véhiculées par les produits laitiers. C’est logique : l’herbe ayant reçu de la pluie radioactive est broutée par les vaches qui donnent du lait radioactif… d’où la crème, le beurre et le fromage.
  • Tous les légumes et fruits doivent être abondamment et soigneusement rincés.
  • Eviter les champignons aériens, le thym et les herbes de Provence qui absorbent et concentrent spécifiquement les radioéléments.

Et pour finir avec tous ces conseils, voici le mail que je viens de recevoir à l’instant :

Protection_radioactivite et les quelques conseils suivants en provenance de M. Nicolas Asensio

« Les moyens d’en limiter les effets RA sont de recourir à une alicamentation hyper-anti-oxydante :

  • Spiruline : 3 comp de 500mg à chaque repas, matin – midi et soir. Commencer progressif.
  • Algues marines type salade du pécheur : 1 càc dans un verre d’eau 3x/jour.

Intérêt idem spiruline, avec l’iode en plus. A éviter en cas d’hyperthyroïdie.

  • Coriandre en feuilles et en graines moulues, à utiliser abondamment en condiment ou en infusion, au quotidien.
  • Chrysanthellum americanum + Desmodium + Chardon Marie (Pour les parisiens, l’Herboristerie du Palais Royal – M° Bourse, propose un mélange qui me semble particulièrement adapté, car sans additifs d’aucune sorte) : 2-3 c. à café/jour en cure de 21 jours (faire une pause pendant les menstruations)

P.S :  je n’ai aucune forme d’intérêt avec l’herboristerie en question

  • Ginkgo Biloba en cure de 21 jours (idem mélange pour le foie) – posologie selon la nature de l’extrait (sec, teinture mère & co).
  • En infusion : feuilles d’olivier et de Rooibos.

Cette approche est validée par les profs du DU de phyto que je prépare à l’Université Paris XIII.

A vous de voir si vous souhaitez le mettre en place, à vous de voir si vous souhaitez le transmettre à vos proches et moins proches.

Bonne soirée à toutes et tous. Portez-vous bien.

Nicolas ASENSIO »