L’eau, un bien précieux : « Marchands d’eau »

Arte a diffusé le 22 mars 2011 un documentaire sur l’eau « Water makes money » ou « Marchands d’eau ».

L’eau, bien commun de l’humanité, n’a pas de prix. Et pourtant elle coûte de plus en plus cher aux consommateurs car certains en ont une fait marchandise qui a contribué à les engraisser.

En France, Veolia et Suez gèrent 80 % de l’approvisionnement en eau dans le cadre de partenariats public-privé (PPP) qui voient les communes rester propriétaires des infrastructures et déléguer l’exploitation aux entreprises privées. Mais alors que ce modèle rencontre un indéniable succès à l’étranger, de plus en plus de municipalités tentent de reprendre le contrôle de l’eau dans l’Hexagone.

(Allemagne, 2010, 75mn)
ZDF

Date de première diffusion: Mar., 22. mars 2011, 20h42
Date(s) de rediffusion: Jeudi, 31. mars 2011, 14h45

Revoir le film à partir du site d’Arte

Water makes money – videos.arte.tv.

L’eau en bouteille, pour qui ? – videos.arte.tv

Un autre reportage sur l’eau

En bouteille cette fois-ci.

Diffusé sur Arte le 22 mars 2011.

Comment justifier que les Londoniens boivent de l’eau mise en bouteilles aux îles Fidji quand, dans le même temps, 35 % de la population de ces îles n’a pas d’accès à l’eau potable ? Beaucoup d’Européens ont ainsi renoncé à boire l’eau, pourtant de qualité, qui sort du robinet et consomment de l’eau en bouteilles. La branche prévoit pour les années à venir une croissance de plus de 30 %. Pourtant, les dégâts causés à l’environnement par le développement de ce marché sont plus qu’alarmants : chaque année, le seul transport de ces bouteilles du lieu de production au consommateur produit plusieurs centaines de milliers de tonnes de CO2. De son côté, la fabrication des bouteilles de plastique engloutit 1,5 milliard de barils de pétrole. Et enfin, une bouteille sur quatre seulement est recyclée, le reste polluant les sols et les eaux naturelles pour des siècles. Chère victoire du marketing sur le bon sens.

(Royaume Uni , 2010, 27mn)

ZDF

Date de première diffusion: Mar., 22. mars 2011, 21h59

Date(s) de rediffusion: Jeudi, 31. mars 2011, 16h00

Voir le film : désolée, le film n’est plus disponible!

L’eau en bouteille, pour qui ? – videos.arte.tv.

Nuage radioactif : communiqué de la CRIIRAD du 25/03/2011 15h00

Après « Colère et Indignation », volet n°1 du 23/03/2011, communiqué dans lequel la CRIIRAD appelait tous les citoyens du monde à saisir les gouvernements afin que les chiffres concernant la radioactivité ne soient plus tenus secrets et soient accessibles à tous car nous sommes tous concernés,  nous attendions la suite. Eh bien, la voici.

COLERE ET INDIGNATION

VOLET N°2 :

Alors que les masses d’air contaminé ont été détectées en Islande, en Suède, en Finlande et en Allemagne, la CRIIRAD dénonce les dissimulations du Département de L’Energie des Etats-Unis. Elle réitère son appel à se mobiliser afin que tous les résultats d’analyse du réseau du CTBTO soient rendus publics. Les Etats qui s’y opposent doivent être identifiés. C’est par exemple le cas de la France. Chaque citoyen doit connaitre l’identité de ceux qui le privent d’informations fiables sur le niveau de radioactivité de l’air qu’il respire…

Lire la suite dans le communiqué complet

La CRIIRAD en colère et communiqué de Next-up du 23/03/2011

La CRIIRAD lance un appel international, invitant citoyens, associations, scientifiques, élus… de tous les pays à se mobiliser à ses côtés afin d’exiger que les résultats relatifs à la contamination radioactive de l’air, obtenus grâce à l’argent public, soient mis à disposition du public et servent à sa protection.

Communiqué de la CRIIRAD du 23 mars 2011 :

« Colère et indignation » – volet n°1

J’y ajoute le communiqué de l’organisation Next-up du 23 mars lui aussi, qui remet les points sur les i quant au danger du nuage radioactif.

Communiqué NEXT-UP du 23 mars 2011 :

Protégez-vous_de_l’essentiel_le_risque_c’est_l’inhalation_par_voies_aeriennes_et_ingérer_des_particules_radioactives

Tchernobyl et ses conséquences

Le nuage – Tchernobyl et ses conséquences

Survenu dans la nuit du 26 avril 1986, l’accident survenu en Ukraine n’est annoncé officiellement que deux jours plus tard. Car la transparence de l’information n’est pas le fort de Moscou, dans une Europe encore coupée en deux. Le nuage radioactif a survolé la Suède, l’Allemagne et la France, mais il faut attendre cinq jours avant de voir les premières images satellite. Les Soviétiques prétendent contrôler la situation, alors que l’incendie du réacteur n° 4 de la centrale n’est pas maîtrisé. Les conseils d’experts ouest-allemands sont sollicités. Car, en 1986, la RFA produit un tiers de son électricité grâce au nucléaire. En France, la proportion est déjà de 65 %. Pas question pour les gouvernants hexagonaux d’affoler les populations. Pourtant, des deux côtés du Rhin, de simples citoyens et des chercheurs indépendants regardent avec méfiance les mesures présentées par les experts officiels. L’apparition de nuages verts et jaunes, le 30 avril, dans le ciel de Munich, lors d’un orage, a contribué à semer le doute… Lorsqu’en RDA, la nouvelle est diffusée avec dix jours de retard, des ouvriers sont affectés à la « décontamination » de tous les camions en provenance des Pays de l’Est. Le 8 mai, Bonn conseille d’éviter le lait frais, les salades et les champignons. En France en revanche, fruits et légumes continuent d’alimenter les marchés…

(Allemagne, 2011, 52mn)

MDR

Date de première diffusion: Mer., 16. mars 2011, 20h42 sur Arte

Voir le film

En cas de contamination radioactive

Les conséquences des évènements catastrophiques qui ont frappé le Japon concernent la Terre entière.

Nous partageons la même atmosphère et les nuages chargés de matière radioactive se déplacent. Ils ne tarderont pas à nous atteindre.

Modélisation de la dispersion des rejets radioactifs dans l’atmosphère à l’échelle globale :

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=LXf4kmjXLF4]

Où trouver des informations fiables :

http://www.criirad.org//

Et notamment le communiqué du 22 mars 2011 :

Panaches radioactifs : Quels sont les risques attendus pour la France?

http://www.irsn.fr/FR/Actualites_presse/Actualites/Pages/201103_situation_en_france.aspx

http://groupes.sortirdunucleaire.org/alerte-japon/

Les aliments protecteurs et les aliments à éviter en cas de pollution :

http://bistrobarblog.blogspot.com/2011/03/se-proteger-des-dangers-des-emissions.html

Et voici les conseils que donnent Michel Dogna en provenance de http://www.infomicheldogna.net/

Kit pour contamination radio-active

(À avoir chez soi)

1) = pharmacies (2) = boutiques diététiques

(3) = Source Claire : 01 84 58 64 82 (4) = VEDAMED : 02 46 03 00 00

En priorité

  • Miso (2 – 3 – 4) – 5 poches plastique ou boites

– En cas de pollution radioactive :1 cuillère à café de la pâte dissoute dans un bol d’eau chaude – 4 à 5 fois par jour

– En préventif : 1 bol matin et soir

  • Teinture d’iode (1)

En cas d’accident nucléaire, nous sommes exposés aux retombées d’iode radioactif très dangereux car il se fixe rapidement sur la thyroïde. C’est la cause des cancers de la thyroïde comme on l’a constaté après Tchernobyl. Pour limiter ce risque, il faut prendre aux 2 repas principaux 1 goutte par 10 kg de poids de TEINTURE D’IODE ou d’alcool iodé (1) afin de saturer la thyroïde en iode… ce qui évitera que l’iode radioactif ne s’y fixe. L’iode radioactif ayant une période de vie de 8 jours, au bout de quelques semaines le risque de cet iode radioactif dans l’atmosphère doit être redevenu nul.

Nota : Je ne conseille pas la forme chimique d’iode en comprimés qui seront distribués sur ordre en pharmacies, ce qui fait craindre un vice caché, comme cela a été le cas pour le vaccin H1N1.

En second lieu  (si l’on n’a pas de miso)

  • Argile fine à boire (1 – 2) : 2 boites

Connue pour être faiblement radioactive, par le principe du TAO, elle a la faculté d’absorber la petite radioactivité – 1 cuil à café pour un verre d’eau par jour, après macération une nuit.

  • Chlorure de magnésium (1) – 5 sachets

C’est un chélateur des radio-éléments et de plus un principe très YANG qui équilibre l’hyper YIN radioactif – 40 ml matin et soir

  • Pectine de pomme (rayons gélifiants confitures) – 5 boites

Ce remède a été appliqué sur des enfants irradiés de la région de Chernobyl atteints de leucémie, par une équipe médicale qui a eu des résultats inespérés. On ne connait pas les doses utilisées, mais vu la non dangerosité, on peut improviser….

Recommandations générales de bon sens en cas de contamination radioactive

Avec nos 58 réacteurs à énergie atomique, la France est le pays du monde présentant la plus forte densité en termes de danger nucléaire. La vallée du Rhône est on le sait, une zone à risque sismique, et nos centrales ont été construites selon des normes antisismiques très inférieures à celles du Japon. A Tricastin, on relève une centaine d’incidents annuels, et l’on a pu savoir que nous étions passés plusieurs fois très près de catastrophes dans différentes centrales françaises.

Nota : ne prenez jamais pour argent comptant les termes rassurants de « l’Etat-Menteur »

Nuage radioactif

  • Avoir en tête que la radioactivité est surtout véhiculée par les poussières. Le jeu consiste à éviter de les toucher, de les respirer et de les ingérer (aliments pollués).
  • L’eau de pluie est le second agent transmetteur direct.
  • Par ailleurs, lors d’un passage de nuage radioactif, il faut généralement une huitaine de jours pour que le taux de rayonnement baisse dans des proportions moins dangereuses.
  • Enfin se rappeler que nous avons quand même une capacité d’élimination des radioéléments ingérés par les voies urinaires, qu’il faudra peut-être stimuler chez certains (diurétiques).

En cas de forte contamination

  • Pendant les 8 premiers jours, essayez de rester chez vous, le temps que les valeurs de rayonnement retombent à des niveaux moins dangereux, et contrôlez les prises d’air de la maison par des filtres ou des chiffons mouillés.
  • Pour sortir, couvrez-vous d’un survêtement imperméable qui n’accroche pas la poussière.
  • Respirez au travers d’un linge mouillé si vous n’avez pas de masque. Une poussière chargée d’un radioélément qui se loge dans un poumon crée un foyer chaud pouvant entraîner une micro radiolyse locale et peut être un départ de cancer.
  • Douchez-vous souvent et lavez systématiquement les vêtements qui ont pu être en contact avec de la poussière.

Alimentation après le passage du nuage radioactif

  • Se rappeler que 60% des contaminations internes des gens victimes de Tchernobyl ont été véhiculées par les produits laitiers. C’est logique : l’herbe ayant reçu de la pluie radioactive est broutée par les vaches qui donnent du lait radioactif… d’où la crème, le beurre et le fromage.
  • Tous les légumes et fruits doivent être abondamment et soigneusement rincés.
  • Eviter les champignons aériens, le thym et les herbes de Provence qui absorbent et concentrent spécifiquement les radioéléments.

Et pour finir avec tous ces conseils, voici le mail que je viens de recevoir à l’instant :

Protection_radioactivite et les quelques conseils suivants en provenance de M. Nicolas Asensio

« Les moyens d’en limiter les effets RA sont de recourir à une alicamentation hyper-anti-oxydante :

  • Spiruline : 3 comp de 500mg à chaque repas, matin – midi et soir. Commencer progressif.
  • Algues marines type salade du pécheur : 1 càc dans un verre d’eau 3x/jour.

Intérêt idem spiruline, avec l’iode en plus. A éviter en cas d’hyperthyroïdie.

  • Coriandre en feuilles et en graines moulues, à utiliser abondamment en condiment ou en infusion, au quotidien.
  • Chrysanthellum americanum + Desmodium + Chardon Marie (Pour les parisiens, l’Herboristerie du Palais Royal – M° Bourse, propose un mélange qui me semble particulièrement adapté, car sans additifs d’aucune sorte) : 2-3 c. à café/jour en cure de 21 jours (faire une pause pendant les menstruations)

P.S :  je n’ai aucune forme d’intérêt avec l’herboristerie en question

  • Ginkgo Biloba en cure de 21 jours (idem mélange pour le foie) – posologie selon la nature de l’extrait (sec, teinture mère & co).
  • En infusion : feuilles d’olivier et de Rooibos.

Cette approche est validée par les profs du DU de phyto que je prépare à l’Université Paris XIII.

A vous de voir si vous souhaitez le mettre en place, à vous de voir si vous souhaitez le transmettre à vos proches et moins proches.

Bonne soirée à toutes et tous. Portez-vous bien.

Nicolas ASENSIO »

Urgence : défense des plantes médicinales traditionnelles

Le 16/03/2011, je vous faisais part de cette pétition (voir plus bas).

Suite à certains commentaires, et après quelques recherches, il semble que cette affaire de pétition ne soit pas simple.

Je vous invite donc à lire le texte de démenti publié par Thierry Thévenin sur le site de Nature et Progrès et sur le site du Syndicat SIMPLES.

Démenti de M. Thévenin sur le site www.syndicat-simples.org

Démenti de M. Thévenin sur le site www.natureetprogres.org

Qui croire?

_________________________________________________________________________________________________________________

Je viens de recevoir un courriel m’invitant à signer une pétition lancée par

le Collectif pour la défense de la médecine naturelle.

http://www.defensemedecinenaturelle.eu

Comme pour beaucoup de choses à l’heure actuelle, il y a péril en la demeure et donc urgence.

Les textes (la directive THMPD) que s’apprêtent à voter l’Union Européenne constituent un véritable danger pour la santé publique : en effet, le droit de se soigner par les plantes médicinales (européennes, chinoises ou ayurvédiques) sans danger et sans effets secondaires est clairement menacé. Le but est de réduire la population à ne plus utiliser que les médicaments modernes issus de l’industrie pharmaceutique. A l’heure où de plus en plus de scandales autour des médicaments éclatent au grand jour : Médiator, Vioxx, Avandia, il n’y a plus de temps à perdre. la directive européenne prendra effet le 30 avril 2011. Nous pouvons stopper le cauchemar absurde qui se prépare.

N’hésitez pas. Signez cette pétition.

Pour plus d’infos, vous pouvez vous rendre sur le site de l’A.N.H. (Alliance for Natural Health – Alliance pour la Santé Naturelle).

Notre poison quotidien, de Marie-Monique Robin

En guerre contre l’industrie agro-alimentaire et l’industrie chimique.

Après l’incontournable « Le monde selon Monsanto » dénonçant les méfaits des OGM sur la vie des agriculteurs et sur la biodiversité,  le nouveau documentaire de Marie-Monique Robin « Notre Poison quotidien » sera diffusé sur Arte mardi 15 mars à 20h40. Elle s’attaque aux divers produits chimiques que nous ingérons quotidiennement  : conservateurs, colorants, anti-oxydants, résidus de pesticides et aussi aux matières plastiques avec lesquelles beaucoup d’aliments sont en contact.

Une projection du film est organisée le jeudi 17 mars, à 18 heures, par le Mouvement des Générations futures au 184 rue de Grenelle, à Paris.

Si vous voulez en savoir plus avant la semaine prochaine, allez faire un tour sur le site d’Arte et sur le blog de Mme Robin.

Pour revoir le documentaire en intégralité, cliquez ici.

Ce titre « Notre poison quotidien » me rappelait vaguement quelque chose.

Etait-ce dans la prière, le Notre Père,  « Donnez-nous aujourd’hui notre pain quotidien »?

Oui, c’était ça, mais aussi et surtout, ça me rappelait ce film impressionnant  « Notre pain quotidien »  du documentariste autrichien Nikolaus Geyrhalter sorti en 2005. Un film muet, sans aucun commentaire, d’une froideur étonnante, qui montre l’horreur fascinante de notre industrie agro-alimentaire. Vous pouvez le regarder en intégralité en cliquant ici.

Pour en savoir plus sur la pollution chimique et les effets sur la santé, allez faire un tour sur le site de SOS MCS.

La neige, de l’eau glacée?

En ce mercredi 8 décembre 2010, la neige  est tombée en abondance sur toute la moitié nord de la France. Le spectacle a duré cinq heures, peut-être plus, du rarement vu à la capitale, sous notre latitude à 45° nord. Quelle beauté!

Par curiosité, j’en ai récolté quelques bols.

J’ai testé son taux vibratoire.

C’était hallucinant : 550 000 Angströms, le stade de l’éveil selon les abaques de Serge Fitz.

J’ai mis cette neige dans une cruche en grès. Quand elle aura fondue, je la mélangerai à de l’eau du robinet pour voir si elle est transductrice, c’est-à-dire si elle transfert ses propriétés et son taux vibratoire.

Si c’est le cas, j’aurai alors une souche qui sera reproductible à l’infini. Cooooooooooooool!

Tenez, je vous offre en prime ces magnifiques et étonnants flocons photographiés par Wilson Bentley (1865-1931). Si vous voulez en savoir plus sur la neige, n’hésitez à visiter le site METEO MC et son dossier thématique sur la neige. C’est là que j’ai péché ces images.

Résultat de l’expérience : le lendemain, j’ai mélangé cette neige fondue à de l’eau de source, en provenance du puits de la Place Paul Verlaine dans le 13e arrondissement. J’ai laissé reposer. Puis j’ai testé. Toujours 550 000 Angstroms : c’est donc de la neige vive, vivante et transductrice. Excellent!